20 novembre 2007

Loi LRU

L’UNL, qui devait être reçue mercredi par le ministère de l’Enseignement Supérieur, publie son argumentaire sur les changements majeurs qu’elle souhaite voir apporter à la loi Pécresse, ou la loi Libertés et Responsabilités des Universités (LRU) et ses propositions alternatives à la sélection pour améliorer la réussite des bacheliers en premier cycle universitaire.

L’UNL refuse catégoriquement la possibilité d’une sélection à l’entrée à l’Université contenue dans la loi et demande le retrait de la préinscription obligatoire, accompagné d’un engagement sur la place du Bac en tant que premier diplôme universitaire. Une augmentation conséquente des moyens financiers alloués par l’Etat à l’Education Nationale et aux universités est par ailleurs indispensable pour permettre une vraie marge de manœuvre pour faire réussir tous les étudiants et un système d’aides sociales réducteur des inégalités. L’UNL continuera à s’opposer fermement à tout désengagement budgétaire de l’Etat dans le système éducatif.

Conformément à sa démarche progressiste, l’UNL ne se contente pas d’être mobilisée contre les menaces contenues dans la loi LRU mais fait également des propositions pour améliorer la transition entre le secondaire et le supérieur dans le cadre du chantier ouvert par Valérie Pécresse sur la réussite en licence. Ainsi, l’UNL souligne la nécessité d’un travail interministériel pour adapter dans cette optique la pédagogie au lycée, le système d’orientation et l’accueil des bacheliers à l’université, travail indissociable d’une réflexion globale sur le système éducatif.

Adaptation du communiqué de presse de l'UNL du 19 Novembre 2007, rédigé par Floréal Mangin, Présidente de l'UNL

Argumentaire_LRU_et_propositions de l'UNL

Posté par UNL16 à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Loi LRU

Nouveau commentaire